Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die

publié le 18 mai 2017

Département  : Drôme
 
Communes  : GRESSE-EN-VERCORS, CHATILLON-EN-DIOIS, DIE, LAVAL-D’AIX, SAINT-ROMAN, CHICHILIANNE, VASSIEUX-EN-VERCORS, CHAMALOC, MARIGNAC-EN-DIOIS, MOLIERES-GLANDAZ, ROMEYER, SAINT-AGNAN-EN-VERCORS
 
Famille de paysages : Paysages naturels
 
Surface (Ha) : 8057
 
Carte(s) IGN :

Impression générale

Entourés d’un écrin de reliefs, les Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die offrent au visiteur un beau moment de passage entre la montagne et les paysages méditerranéens, entre la vallée de la Drôme et les falaises des Hauts Plateaux. Au gré des ouvertures du relief et de la forêt, le point de vue bascule entre deux paysages : la combe de Die, urbanisée et plane, et l’immensité verticale du Plateau du Vercors.Aux abords de Die, proche de quelques kilomètres, l’agitation urbaine est atténuée par les montagnes, qui compliquent l’accès au territoire des contreforts, lui-même porte d’entrée hostile au Plateau du Vercors. On y accède essentiellement à pied, par les nombreux chemins de randonnée qui maillent les pentes et vallons, sous le regard majestueux de la Montagne de Glandasse. Le randonneur gravit avec fierté des pentes abruptes, bientôt sous le choc du basculement brutal entre la forêt et le plateau pelé. Autre porte d’entrée, non moins impressionnante, la route du Col de Rousset, sous la forteresse naturelle des rochers de Chironne.Les rares pâturages le long des vallons asséchés offrent des respirations dans ce paysage qui alterne entre des falaises calcaires abruptes au loin et un couvert forestier dense. Ce dernier, exploité dans ses parties les moins pentues, colonise peu à peu, depuis longtemps, les replats. La présence d’un agriculteur, ou d’un éleveur, c’est un peu d’ouverture gagnée sur l’inexorable avancée des bois.

Identification

Dominée à l’Est par la Montagne du Glandasse (2 000 m), au Nord par les falaises du Vercors (1 700 m), l’unité paysagère des Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die constitue un magnifique paysage naturel à des altitudes comprises entre 500 et 800 mètres, préservé de l’agitation de la vallée par les montagnes de la Baise, de Bret et de l’Abel (jusqu’à 1 000 mètres d’altitude).Au confluent de la montagne et des paysages méditerranéens, les contreforts offrent à la fois des ambiances forestières, sur les pentes, provençales, dans les replats et vallons, et alpines, lorsque le regard suit les lignes de crête de la Montagne du Glandasse pour se porter vers le lointain. La variété des couleurs offre un fort contraste, entre le vert appuyé des forêts, constituées de buis, hêtres, pins et pins sylvestres, selon les altitudes, et le gris clair des falaises et des lits des ruisseaux.Porte d’accès pédestre aux Hauts Plateaux du Vercors, les Contreforts sud du Vercors restent peu fréquentés du fait d’un couvert forestier dense et d’une géomorphologie réduisant les accès routiers : en dehors du Col du Rousset au Nord et des Pas de la Roche au Sud et à l’Ouest, les routes s’achèvent bien souvent en cul-de-sac. Ce sont des pistes ou des sentiers qui prennent le relais.Les cours d’eau s’accommodent tant bien que mal du relief calcaire, se frayant un passage dans la roche, suivis par quelques routes menant à de rares fermes. Les prés fourragers et les prairies naturelles où paissent des ovins donnent des effets de clairières salutaires au milieu de la forêt et des montagnes.

Qualification

Les Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die ont des attraits avant tout naturels, anciennement pastoraux, aujourd’hui forestiers et touristiques (tourisme vert, randonnée, escalade), Les accès au Plateau sont avant tout pédestres : le territoire est maillé d’un réseau dense de chemins de randonnée (Tour du Glandasse, GR95…) mais les routes, bien souvent en cul-de-sac, sont rares. Elles mènent à de rares et néanmoins magnifiques villages (Chamaloc, Romeyer), situés aux abords de la vallée de la Drôme, ou à d’encore plus improbables hameaux ou fermes isolées, le long des cours d’eau.L’élevage ovin et les cultures de fourrage persistent dans les fonds de vallons, péniblement, dans un univers dominé par la minéralité des lits asséchés des ruisseaux ou des falaises calcaires où l’exploitation forestière prend le relais de l’agropastoralisme.Seul attrait culturel, l’étonnante Abbaye de Valcroissant, dont les ruines sont aujourd’hui restaurées par des exploitants agricoles qui perpétuent, par une activité de gîte rural et l’organisation de concerts, la tradition cistercienne d’accueil.Le territoire offre également une porte d’accès au col et à la station de ski de Rousset, par Chamaloc et la RD 518 qui serpente sous les Rochers de Chironne et ouvre, dans les virages en épingle à cheveux, des points de vue remarquables sur l’ensemble de l’unité paysagère.À noter enfin que les falaises des Hauts Plateaux (classés en Zone de Protection Spéciale) sont le refuge d’espèces d’oiseaux protégées, comme l’aigle royal ou le faucon pèlerin.

Transformation

Les transformations des Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die sont anciennes et se poursuivent : abandon des terres agricoles et recolonisation par la forêt. Ainsi, la présence d’une exploitation pastorale constitue une respiration dans le paysage, entretenant ici un vallon, là une combe, repoussant plus haut sur les pentes le couvert végétal. Il est visible que cette présence ne tient qu’à un fil…Aux abords de Die et de la vallée de la Drôme, une mutation semble cependant être en passe de s’engager, du fait de la pression résidentielle. Les abords des routes, comme à Romeyer, voient apparaître des constructions nouvelles qui viennent s’installer sur les rares terres planes les plus propices au maintien d’une agriculture de montagneEnfin, la route du Col de Rousset, récemment réaménagée, est un ouvrage d’art majeur dans ce territoire difficile d’accès. Outre sa fonction routière, elle dispose de tout le potentiel d’une route touristique de montagne dont les aménagements et les dégagements doivent magnifier le paysage plutôt que de le banaliser.

Objectifs de qualité paysagère

Le maintien de l’activité pastorale, parce qu’elle participe à la diversité paysagère, est un enjeu majeur des Contreforts sud du Vercors dominant la combe de Die. Un agriculteur permet l’entretien de zones ouvertes indispensables : il convient d’en encourager la difficile activité par des aides appropriées et, peut-être, une valorisation des débouchés touristiques des productions.Le caractère naturel des paysages doit se sentir également dans les aménagements – forcément doux – qu’un développement de l’activité touristique inévitable nécessitera : signalétique intégrée, valorisation des belvédères sur la route du Col de Rousset, qui mérite mieux qu’un simple traitement technique.L’exploitation forestière, par les coupes et les aménagements de pistes, devra également procéder dans le respect de l’ambiance naturelle des lieux, et se concilier à d’autres usages de la forêt.